Médiatrice de conflits en milieu familial et communautaire.

Je m’occupe de l’accompagnement des personnes qui se sentent emprisonnées dans un conflit sans issue avec d’autre(s) personne(s). Ce cas de figure peut concerner un ou plusieurs membres du voisinage ou du quartier, dans le cas de la médiation communautaire, ou un membre de la famille, dans le cas de la médiation familiale.

Cette situation de mal-être peut être reconnue et partagée par les autres, mais il peut aussi arriver qu’ils l’ignorent sans que cela constitue un empêchement au démarrage du processus de médiation.

On trouvera dans les approfondissements, plus d’informations sur ce que sont les conflits dans lesquels j’interviens, sur ce qu’est la médiation et ma façon de travailler.

APPROFONDISSEMENTS

Les raisons du conflit pour lequel on demande une médiation, sont les plus diverses. En ce qui concerne la médiation communautaire, on trouve souvent des diatribes liées à des bruits non désirés et à l’utilisation d’espaces communs, alors que, plus étroitement liées au milieu familial, on trouve les thématiques liées à l’éducation des enfants, les séparations avec ou sans enfants à charge, la garde de membres de la famille, etc. En général, la médiation est utile dans tous ces cas où l’on n’arrive pas à trouver d’accord qui naisse des réels besoins de chacun. 

Les définitions de médiation sont multiples et quelquefois complexes. Je l’explique comme étant la possibilité de rétablir une relation là où quelque chose s’est cassé, souvent la confiance, ou l’impression de respect et reconnaissance. Ceci arrive grâce à l’intervention d’une tierce partie, le médiateur justement, qui aide les parties impliquées à trouver leur propre solution, dans une optique de neutralité et de dialogue, où tous auront la possibilité d’être écoutés équitablement. 

La médiation de conflits se configure comme une méthode autre que le système judiciaire, caractérisée par la logique de la différentiation, ou un juge super partes décide qui « gagne ». Son but ultime est la gestion du conflit à travers la création d’un « terrain neutre », dans un lieu de reconstruction de la connexion, qui favorise la compréhension et l’écoute mutuelle par les protagonistes. Sa profonde dimension humaniste permet l’expression et l’accueil de la douleur et de la souffrance liées au conflit, sans cependant se poser comme thérapie psychologique. Elle se base sur la recherche continue qui investit problématiques locales, nationales et internationales.

D’habitude je travaille en fixant un certain nombre de séances au préalable auxquelles j’ajoute des séances de suivi espacées dans le temps.

Contatti

remplissez le formulaire pour me contacter

gestaltworkshop@gmail.com

+39/342 3269368

gestaltworkshop